La Banque Mondiale a refusé d’aider le Salvador à adopter le Bitcoin et à le mettre en circulation, notamment pour des raisons environnementales et des problèmes de transparences

“Bien que le gouvernement nous ait approchés pour obtenir une assistance sur le bitcoin, ce n’est pas quelque chose que la Banque mondiale peut soutenir étant donné les lacunes en matière d’environnement et de transparence.” déclare le porte-parole de l’institution.

Malgré tout, la banque mondiale soutient qu’elle aidera le pays par d’autres moyens, notamment concernant “la transparence des devises et les processus réglementaires.”

Une déception palpable

Beaucoup de partisans du Bitcoin ont été très déçus d’apprendre cette nouvelle, néanmoins pas surpris compte tenu de la relation qu’entretiennent la majorité des banques avec les cryptoactifs.

Samsow Mow de la société Blockstream a même appelé à un “boycott” de la banque mondiale afin de la rendre obsolète. 

 

Selon Anthony Pompliano, ce refus viendrait seulement du fait que la Banque Mondiale ne sache simplement pas comment gérer les cryptoactifs et en tirer des profits :

“la Banque Mondiale n’a pas trouvé comment faire de l’argent avec le bitcoin.”

Des soutiens inattendus

Alors que la Banque Mondiale refuse d’aider le pays et que de nombreux détracteurs viennent critiquer le projet, notamment le FMI, certaines entreprises n’hésitent pas à soutenir le Salvador. 

Un distributeur automatique de bitcoins Athena

C’est ainsi que la société Athena Bitcoin a indiqué vouloir agir très rapidement pour le pays en fournissant des distributeurs automatiques de bitcoins à disposer à travers tout le pays. 

Pour l’anecdote, la société a demandé, sur Twitter, au président du Salvador si 1000 distributeurs étaient suffisants pour le pays. Ce à quoi Bukele a répondu “1000 ? Pourquoi pas 1 500 ?” (source CoinTelegraph).