Lors de l’audition de la commission bancaire du Sénat tenue mercredi, les questions relatives au bitcoin ont attiré l’attention du groupe de législateurs, dirigé par la sénatrice Elizabeth Warren. Très virulente à son égard, elle a déclaré que les cryptomonnaies étaient “bidons” et qu’elles constituaient un “mauvais investissement”.

Le Bitcoin vole la vedette à une éventuelle CBDC

Alors que la réunion était notamment dirigée vers la question d’une monnaie numérique de la banque centrale (CBDC), c’est le Bitcoin qui a fait parler de lui. 

Warren a délivré une critique acerbe représentant probablement un avant-goût de la façon dont pourrait être abordée et traitée la question des cryptomonnaies lors des audiences à venir. Selon Bloomberg, d’autres auditions seraient effectivement prévues afin de discuter du secteur et de son impact, la semaine prochaine notamment. 

Monnaie numérique (CBDC) oui, cryptoactifs non

Elizabeth Warren

Warren a déclaré ne pas être contre les monnaies numériques, seulement elles ne peuvent exister si elles ne permettent pas une sécurité de l’utilisateur : 

“Si vous voulez envoyer de l’argent à quelqu’un d’autre, la monnaie numérique peut être plus facile et plus rapide […] Mais pour que ces avantages soient réalisés, la version numérique doit être sécurisée, stable et acceptée partout.”

Comparant les cryptomonnaies à une CBDC (Central Bank Digital Currency), Warren qualifie les cryptoactifs de “fausse monnaie”. Elle déclare que les cryptomonnaies représente une :

“alternative de quatrième ordre à la vraie monnaie […] la monnaie publique numérique légitime pourrait aider à chasser la fausse monnaie privée numérique.”

 

 

Enumération de vieux arguments et désinformation

La sénatrice s’est également attaquée à la volatilé des cryptomonnaies et aux manipulations de marché déclarant que “la crypto est un investissement minable” par rapport au marché boursier classique. 

De plus, selon elle, les cryptoactifs faciliteraient les activités illégales faisant référence aux récentes attaques par ransomware qui ont récemment frappé des sociétés américaines. 

“Chaque piratage qui est payé avec succès avec une cryptomonnaie devient une publicité pour que d’autres pirates tentent d’autres cyberattaques”.

Et Warren ne s’est pas arrêtée là ! S’attaquant ensuite au coût environnemental du Bitcoin et d’autres cryptomonnaies basée sur le Proof-of-Work. 

Elle a même continué son “lynchage” sur Twitter en postant ces mêmes vieux arguments. 

Selon Nic Carter, partenaire de Castle Island Ventures, la sénatrice serait victime de désinformation :

“Pratiquement tout ce qu’elle dit sur le bitcoin est un mensonge flagrant ou une déformation de la réalité. Son Sino-CBDC despotique ne remplacera pas ou n’améliorera pas Bitcoin.”

Et en effet, beaucoup des points qu’elle aborde sont aujourd’hui complètement faux et réfuté, ne reflétant en aucun cas la réalité des cryptomonnaies. Notamment par rapport à la consommation énergétique du Bitcoin dont 70% de l’énergie utilisée est renouvelable. 

Une touche d’humour en réponse à ces allégations

En réponse au tweet de Warren, Ari Paul, directeur informatique de Block Tower Capitala a répondu ironiquement :

“Les médias sociaux utilisent plus d’électricité que le bitcoin. Vous pourriez faire plus pour le changement climatique en vous abstenant de tweeter.”