Miguel Kattán

Certains habitants du petit pays, pensant que le Bitcoin allait remplacer toute autre forme de monnaie, ont été rassurés par Miguel Kattán, membre du gouvernement. 

Le Bitcoin ne remplacera pas le Dollar

De hauts responsables ont donc rassuré les citoyens désorientés, en leur rappelant que le Salvador ne mettrait pas fin à la dollarisation de l’économie centraméricaine malgré l’adoption du Bitcoin. Miguel Kattán, secrétaire au commerce et à l’investissement du Salvador déclare : 

“Le dollar continuera d’être la monnaie légale au Salvador. Les opérations peuvent être effectuées avec des bitcoins – évidemment liés à sa valeur en dollars.”

Dans ces déclarations faites au journal local El Mundo, Kattán affirme que le statut de monnaie légale du Bitcoin ne veut pas dire obligation d’utiliser ladite monnaie. Le projet de loi serait finalement synonyme d’une économie à participation facultative dans laquelle le dollar, monnaie officielle du Salvador depuis 2001 resterait reine. Comme preuve, Kattán a affirmé à ses concitoyens qu’une marchandise au prix de 20 cents coûtera toujours 20 cents, même si le paiement en Bitcoin est accepté. Pour rassurer les Salvadoriens, il a même déclaré qu’une économie exclusivement basée sur le Bitcoin, ne se réalisera jamais. 

Une méconnaissance des cryptomonnaies qui crée la peur

La peur des citoyens du Salvador vient notamment du fait de leur méconnaissance du monde des cryptomonnaies. 

C’est ce qu’à tenter d’expliquer José A. Barrera, un journaliste salvadorien, lors d’une série de messages sur Twitter :

“Jusqu’à samedi, très peu de gens connaissaient les crypto-monnaies […] Disons que ce n’est pas un sujet populaire”. 

Il a néanmoins ajouté que selon lui, la population serait prête à détenir des Bitcoins une fois que le projet de loi deviendra la loi :

“Dans les réseaux sociaux et les discussions, les gens associent ou pensent qu’ils [devraient] avoir des bitcoins.” 

Malgré tout, les annonces du gouvernement mêlées à une méconnaissance du domaine ont fait naître une confusion chez une grande majorité de personnes. Notamment par rapport au prix du Bitcoin, nettement supérieur au salaire minimum du pays, soit moins de 300$. Certains habitants du pays ne sachant pas qu’acheter une fraction de Bitcoin soit possible. Venir rassurer les citoyens en leur disant que le dollar ne sera jamais remplacé, semblait donc inévitable voire même nécessaire.

“Il n’y a pas de différence avec ce que nous avons aujourd’hui”, a déclaré Kattán. Pour les consommateurs et les commerçants, “leur relation sera toujours avec le dollar […] Ce que la loi dira, en fin de compte, c’est que vous pouvez payer – si la personne qui charge accepte les bitcoins et si la personne qui paie veut payer – en utilisant des bitcoins.”

Le Bitcoin offrirait une opportunité de croissance énorme pour le Salvador, c’est pourquoi il était nécessaire pour le gouvernement de venir rassurer ses citoyens.