Ron Paul

Selon Ron Paul, ancien membre du Congrès aux Etats-Unis, le Bitcoin est une monnaie comme une autre. De ce fait, il est évident qu’il devrait être taxé de la même manière.

Ce n’est pas la première fois que Paul appelle à la légalisation du Bitcoin en tant que monnaie à part entière et a fortiori à sa non-imposition.

En 2009, il a écrit le fameux ouvrage End the Fed, plébiscité par les bitcoiners, dans lequel il préconise l’abolition du système de la Réserve fédérale des États-Unis “parce qu’il est immoral, anticonstitutionnel, impraticable”. Il a d’ailleurs beaucoup continué à critiquer le système, notamment par rapport à la gestion de l’impression monétaire depuis le début de la pandémie, qu’il juge “incontrôlée”. 

 

 

La liberté de choix au service du Bitcoin

Peu avant sa participation à la conférence sur le Bitcoin de Miami, Paul a déclaré à Kitco News que son objectif était de “contribuer à légaliser la concurrence”. Il ajoute :

“Puis je pense que les gens feront le tri. La liberté de choix fera le tri.” 

Il ne faut en effet pas oublier que Ron Paul est un grand libertaire. Il a d’ailleurs déclaré que son intervention à la conférence ne consisterait pas à parler de l’importance technique de la technologie blockchain ou de vanter les mérites du Bitcoin. Sa stratégie est au contraire de laisser libre choix à la population et de faire en sorte que celle-ci puisse se faire son propre avis : 

“Je ne vais pas essayer d’expliquer exactement sur le plan technique si c’est bon, mauvais ou indifférent. Je plaiderai plutôt en faveur de la légalisation de la liberté de choix et les gens devraient prendre les décisions et non le gouvernement.”

Le Bitcoin comme concurrent direct du Dollar

Paul a continué son discours en ajoutant que le bitcoin, et l’or, étaient selon lui de sérieux concurrents au dollar américain. Si autant d’investisseurs recherchent et investissent dans ces formes alternatives d’argent c’est surtout pour se couvrir contre la baisse de la valeur du dollar américain. D’où une concurrence certaine. 

Pour cette raison, Paul estime que les formes alternatives de monnaie devraient être taxées de la même manière que la monnaie fiduciaire :

“À l’heure actuelle, si vous achetez et vendez de l’or, vous le faites taxer, ils peuvent le faire. Si vous faites un profit en bitcoin, vous lisez des histoires sur des gens qui sont taxés dessus. Vous ne pouvez pas taxer l’argent, vous ne le taxez pas. Si vous avez acheté un dollar il y a un an et qu’il a baissé de 10 %, vous ne pouvez pas subir une perte parce que votre dollar a perdu de la valeur.”

Malheureusement, ce rêve n’est pas prêt de voir le jour et Paul en est conscient. Selon lui, les organismes de réglementations américains s’apprêtent à réglementer et à taxer davantage le Bitcoin. Justement parce qu’il est en concurrence direct avec le dollar. Pour Paul, les gouvernements, quels qu’ils soient, ont toujours été “désireux d’avoir le contrôle de l’argent”, et c’est une chose à laquelle ils ne renonceront pas. En guise d’exemple, il fait un parallèle avec l’or dans les années 1930 :

“Mais j’appliquerais cette même préoccupation à l’or, car vous savez, quelle a été la première chose que Roosevelt a faite en 1933 ? Il a immédiatement pris tout l’or des gens.”

Plus le Bitcoin gagne en popularité, plus la réglementation semble inévitable. Lisez notre dernier article à ce propos pour en comprendre les tenants et les aboutissants.