Selon Stefan Ingves, le Bitcoin est devenu un actif trop populaire et important pour échapper à un cadre réglementaire. Le gouverneur de la banque centrale suédoise a déclaré qu’il y a “de bonnes raisons de croire” qu’une surveillance réglementaire accrue des cryptomonnaies est en prépraration. Il a d’ailleurs confirmé que la Suède envisageait déjà de mettre en œuvre des règles plus strictes concernant les échanges de cryptomonnaies

Des réglementations inévitables

C’est au cours d’un récent discours que Ingves a pris la parole concernant les cryptomonnaies et leur avenir. A l’inverse d’autres banquiers qui se placent ouvertement contre le Bitcoin, Ingves parle plutôt de réglementation inévitable sans forcément parler d’interdiction : 

“Quand quelque chose devient assez grand, des choses comme les intérêts des consommateurs et le blanchiment d’argent entrent en jeu. Il y a donc de bonnes raisons de croire que la réglementation va arriver.”

Aujourd’hui encore très peu de pays se sont risqués à proposer des réglementations claires sur le marché des cryptomonnaies. Si cela doit être fait, tout doit être repensé intégralement. Les règles de la finance traditionnelle ne peuvent pas s’appliquer étant donné que les cryptoactifs ont justement été conçus pour contourner l’architecture même de cette finance et des règles qui y sont appliquées. 

Une réflexion complexe

Aux États-Unis, le vice-président de la Réserve fédérale chargé de la supervision, Randal Quarles, a fait part de ses préoccupations quant à l’inadéquation des dispositions réglementaires actuelles pour les cryptomonnaies, indiquant que la Réserve fédérale est en train d’examiner la meilleure façon d’aborder la question.

Quand à l’Union Européenne elle se serait engagée à “mettre en place un cadre global permettant l’adoption des technologies à registres distribués (DLT) et des cryptoactifs dans le secteur financier” d’ici 2024. La ministre suédoise des marchés financiers, Åsa Lindhagen, a par ailleurs déclaré que le gouvernement suédois était déjà engager dans le renforcement des normes réglementaires pour les échanges de cryptomonnaies. Il s’agit pour elle d’un “travail en cours au niveau international.”

Pour Ingves, la question des réglementations se développera à des moments et à des vitesses différentes selon les marchés :

“Les réglementations relatives aux cryptomonnaies arriveront probablement à des moments différents dans des domaines différents.”

Mais pendant que les régulateurs pensent à une manière d’aborder les cryptomonnaies et à un cadre réglementaire adapté, la banque centrale suédoise (Riskbank) développe en ce moment une monnaie numérique, l’e-krona. Selon Ingves, la monnaie pourrait être opérationnelle d’ici 5 ans.