Le 25 mai dernier et en réponse à toutes les polémiques environnementales autour du Bitcoin, un conseil a été créé. Le Bitcoin Mining Consil, autrement dit, un conseil dédié au minage de Bitcoins. 

Michael Saylor et Elon Musk prêts à révolutionner le monde des cryptomonnaies

C’est le fameux Michael Saylor qui est à l’origine de cette formation. Le conseil est effectivement né après que Saylor ait organisé une réunion entre Elon Musk et plusieurs grandes sociétés minières nord-américaines. Nous pouvons notamment compter Argos Blockchain, Blockcap, Galaxy Digital, Hive Blockchain, Hut 8 Mining, Marathon Digital et Riot Blockchain. Musk n’a d’ailleurs pas hésité a tweeté à propos de cette réunion, faisant comprendre à sa communauté que les choses commençaient à aller dans son sens.

La première de demande de Musk lors de cette réunion fut la suivante :

“Pouvons-nous trouver un moyen de publier ou de créer de la transparence pour l’utilisation de l’énergie pour le minage de Bitcoin ?” 

Ce à quoi Saylor a répondu :

“Je pense que la première étape est de trouver un protocole pour que nous puissions publier des informations sur l’énergie d’une manière que nous pouvons partager avec le monde et ensuite travailler ensemble pour s’assurer que nous poursuivons des objectifs énergétiques durables.”

En clair, dans un premier temps, les mineurs ou sociétés minières impliqués dans ce conseil, se devront d’être complètement transparents sur l’utilisation qu’ils font des énergies renouvelables et ainsi pousser les autres à faire de même. 

De la nécessité d’un tel conseil

Saylor s’est récemment exprimé plus précisément à ce propos lors de la convention Consensus expliquant les détails et le raisonnement qui sous-tendent cette nouvelle organisation :

“La seule raison pour laquelle nous avons tenu cette réunion est que nous voulions assurer le succès d’une cryptomonnaie décentralisée, et la source de la décentralisation est l’utilisation de l’énergie.”

Selon lui, une telle organisation était nécessaire pour permettre une bonne communication entre les mineurs et qu’ils puissent échanger sur leur façon de travailler. Rien de tel n’existait auparavant. 

Une initiative critiquée

Bien que les intentions semblent nobles (en omettant les enjeux économiques qui se trouvent derrière), l’initiative est déjà beaucoup critiquée et comparée à l’OPEP (Organisation des pays exportateurs de pétrole). Un certain Marty Brent, co-fondateur de Great American Mining, (société qui utilise le gaz gaspillé des centrales énergétiques pour alimenter ses opérations de minage de Bitcoin) a également donné son avis sur l’initiative du PDG de MicroStrategy :

“Ne se souviennent-ils pas de la dernière fois qu’une réunion à huis clos a impliqué des parties prenantes qui ont tenté de parler au nom de toute une industrie ?”

Ce à quoi Saylor a immédiatement réagi en niant que la réunion ait à un moment donné pu être tenue secrète et non-transparente. 

Défendre l’avenir des cryptomonnaies quoi qu’il en coûte

Il a néanmoins insisté sur l’objectif d’un tel conseil, à savoir, lutter contre les discours hostiles aux cryptomonnaies véhiculés par certaines institutions et certains médias : 

“Nous devons nous assurer que les personnes hostiles au bitcoin et à l’industrie cryptographique ne définissent pas ces récits, ces modèles et ces mesures. En l’absence de toute bonne information ou de toute réponse de notre part, ils définiront ces modèles.”