Lors de la conférence Consensus, Kevin O’Leary a pu s’exprimer sur le Bitcoin et son impact écologique. 

Selon lui, si les mineurs parviennent à améliorer la durabilité du Bitcoin, ils pourront attirer davantage de clients institutionnels et faire grimper les prix. 

Réticence des grandes entreprises

Il a par ailleurs ajouté que si les grandes entreprises étaient réticentes à investir dans les cryptomonnaies c’est justement en raison des problèmes environnementaux qui en découlent. 

Malgré la croissance fulgurante des cryptomonnaies au cours de ces dernières années, O’Leary a déclaré que moins d’1% des institutions seulement considéraient les cryptomonnaies comme une réelle classe d’actifs. Pour pallier ce problème et que les institutions aient confiance en elles, il faudrait que les mineurs prouvent que leurs coins sont créés de manière durable. O’Leary déclare néanmoins que tous ces problèmes environnementaux n’incombent pas qu’aux cryptoactifs :

“La plupart de ces institutions ont des comités d’éthique et de durabilité qui filtrent les offres avant qu’elles ne soient attribuées au comité d’investissement. Elles ne se contentent pas d’isoler les cryptomonnaies.”

Il a émis l’idée selon laquelle il serait intéressant de “marquer” les Bitcoins qui ont été extraits de manière durable afin de pouvoir les authentifier. Selon lui, développer des pratiques écologiques permettraient de stimuler la demande et de faire grimper le prix des actifs.