Le gouvernement thaïlandais souhaite ralentir la création de nouveaux comptes de cryptomonnaies en instaurant un KYC (know your customer) exigeant. 

Le KYC est une procédure permettant de vérifier l’identité d’un client. Dans la plupart des cas, ce processus peut se faire en ligne en envoyant ses papiers d’identité. C’est d’ailleurs ainsi qu’était vérifiée l’identité de chaque personne créant un compte sur une bourse de cryptomonnaies. Mais à partir de juillet, comme l’a annoncé le Bureau de lutte contre le blanchiment d’argent (AMLO), les bourses de cryptomonnaies devront dorénavant vérifier l’identité des nouveaux clients, en personne. Pour ce faire ils devront utiliser une machine à puce particulière. Celle-ci numérisera la puce intégrée dans les cartes d’identité des thaïlandais, ce qui les obligera à être présent physiquement. Ce nouveau durcissement permettra également d’empêcher les investisseurs étrangers d’accéder aux échanges dans le pays. Ceux-ci ne possédant pas de cartes d’identité thaïlandaises.

Une croissance freinée par les réglementations

Ce renforcement intervient alors que les cryptoactifs gagnent en popularité dans le pays. On compte près de 700 000 comptes sur les bourses de cryptomonnaies début mai, contre 160 000 fin 2020. Tout le pays n’est donc pas favorable à cette nouvelle loi. La plus grande bourse thaïlandaise, Biktub, a refusé de la commenter déclarant qu’elle n’avait pas encore été mise en place. Poramin Insom, co-fondateur et directeur de la Satang Corp (bourse de cryptomonnaie thaïlandaise) craint un ralentissement de la croissance dans le secteur de la cryptomonnaie. Il déclare : 

“La plupart des bourses d’actifs numériques sont encore occupées à adapter leurs systèmes afin  d’accueillir un nombre croissant de clients, car les demandes de nouveaux comptes continuent d’affluer. Toutefois, cette croissance pourrait être freinée si le processus de demande devient plus compliqué.”

Insom s’inquiète de la croissance du secteur à cause de cette nouvelle restriction. Il semble pourtant évident que ce soit bien le but premier des législateurs comme nous l’avons évoqué au départ : ralentir la création de comptes. D’ailleurs, à la mi-mars, la banque centrale avait déjà interdit l’utilisation d’une stable coin liée au Baht thaïlandais. Les législateurs voudraient même appliquer cette réglementation aux ventes d’or supérieur à 100 000 THB (environ 3 200$) alors même que certains marchands d’or utilisent déjà ce type de machines pour vérifier l’identité des clients. 

La loi n’est néanmoins pas encore adoptée. Un débat sera organisé par la Thailand Digital Asset Operators Trade Association (Association commerciale des opérateurs d’actifs numériques de Thaïlande) concernant ces nouvelles restrictions. Le but étant de permettre un dialogue constructif avec les organismes de réglementation impliqués, notamment l’AMLO et la Commission des valeurs mobilières et des changes